Ribéry répond violemment à la polémique de l’entrecôte dorée

Ribéry

Franck Ribéry en a marre des rageux et l’a fait savoir sur ses réseaux sociaux…

Tout est parti d’une petite vidéo publiée le 3 janvier sur les comptes de Franck Ribéry, en vacances à Dubaï.

Comme de nombreuses personnalités avant lui, l’ailier du Bayern Munich s’est rendu dans le célèbre restaurant de “Salt Bae” et a commandé la pièce de viande la plus chère de la carte (1200 dirham, environ 300 euros).

Un morceau de viande sur lequel le célèbre boucher dépose une petite couche dorée. Effet bling bling assuré.

Une entrecôte que Ribéry n’est pas le seul à avoir dégusté, le dernier en date n’étant autre que Leo Messi.

Mais à la surprise générale, ou pas, cette vidéo a entraîné un lot de critiques et remarques moralisantes sur la toile, la plus marquante étant sans doute celle de la journaliste Audrey Pulvar, qui s’est offusquée de voir l’international français profiter de son argent pour se faire un petit plaisir.

Dans la foulée, de nombreuses personnes ont rappelé à cette dernière que Ribéry faisait de nombreux dons à des associations et avait de toute façon le droit de manger ce qu’il voulait. La polémique était née.

Ce samedi, Franck Ribéry est sorti du silence sur ses réseaux sociaux en envoyant une réponse très offensive à ses détracteurs, qualifiés pour l’occasion “d’envieux”, “de rageux, nés sûrement d’une capote trouée”.

La réponse poétique de Ribéry

“N*quez vos mères, vos grands mères et même votre arbre généalogique. Je ne vous dois rien, ma réussite c’est avant tout grâce à Dieu, à moi et mes proches qui ont cru en moi. Pour les autres, vous n’étiez que des cailloux dans mes chaussettes”, a-t-il ajouté.

Dans un deuxième post, Ribéry s’en est pris aux “pseudo-journalistes qui ont toujours été dans la critique négative” envers lui, de ses actes, et non dans le relais de ses nombreux dons.

Écrit par Nicolas Garcin

Passionné de football depuis mon plus jeune âge. J'aime Cristiano Ronaldo, les belles voitures et les stades anglais.

Commentaires